Prendre du temps ou en perdre

© Cécile Bonnet

Êtes-vous plutôt du genre à voir le sablier du temps déjà à moitié écoulé ou encore à moitié disponible ?

Dans votre rapport au temps, êtes plutôt à plonger dans la nostalgie du passé, vivre l’instant présent ou vous projeter inlassablement dans le futur ?

Le temps : une donnée objective …

Le temps est une donnée mystérieuse, le mesurer comme pour le contrôler nous en a rendu prisonnier au fil du temps.

Il est devenu une ressource précieuse et rare qui nous dépossède de qui nous sommes et de nos vies.

Les mesures de temps sont des repères pour nous situer, nous donner RDV, nous donner un âge, respecter des délais, …

Le temps rythme nos journées et nos années, il rythme nos vies.

ou subjective ?

Le temps s’impose à nous et pourtant il est une donnée subjective dont la valeur ne se calcule pas en quantité mais en qualité. C’est notre vécu qui modifie notre perception du temps, donc sa valeur.

Parfois le temps passe vite, parfois il s’écoule trop lentement et il arrive aussi qu’il soit suspendu … comme figé … l’espace d’un souffle … d’une éternité.

Chercher à avoir ce qui EST déjà

Or nous ne possédons pas ou non le temps dans l’absolu : on en prend ou en perd.
Le temps est universel, il est le même pour tous où que nous vivions et quelque soit son niveau de vie. Il ne s’achète pas.

Mais le temps est infini et inépuisable.

Il est là, à nous de nous servir.

Le temps EST déjà, tout comme nous sommes, c’est ce que nous en faisons qui varie. Et à la source de chacune de nos actions, il y a d’abord une vision : notre vision.

Et vous, comment voyez-vous le temps qui s’étend sous vos pieds et devant vous ?

*« Ô temps suspend ton vol » est tiré du très beau poème d’Alphonse de Lamartine « Le Lac » que je vous invite à (re)découvrir … en prenant tout votre temps.

Abonnez-vous !

Pour recevoir mes prochains articles directement dans votre boîte mail

Vous êtes abonné(e) ! RDV dans votre boîte mail

Pin It on Pinterest