Voici mon 1er article, qu’on m’avait demandé d’écrire en guise de témoignage … J’y évoque mes débuts.

Je me suis dit qu’il collait parfaitement à ce blog et qu’il pouvait vous intéresser.

 

Mai 2009 : ça y est je me suis décidée : je franchis le pas de la création d’entreprise !

Enfin, c’est un demi pas puisque je démarre mon activité en auto-entrepreneur, mais je me lance quand même dans l’aventure de l’entreprenariat, quel bonheur d’être indépendante !!

1ère plaquette faite maison sur mes prestations et 1er tour de mon réseau pour me faire (re)connaître et me vendre !

Bon accueil des prescripteurs mais pas facile de décrocher des RDV avec des entreprises ! C’est que je ne suis plus conseillère à la CCI mais commerciale pour ma pomme … malaisemal à l’aise.

Les amis, les connaissances, le réseau,  c’est bien, mais cela ne suffit pas. Et combien de prescriptions au final ? Peu voire pas !

Comment mes contacts peuvent-ils détecter les besoins de clients potentiels alors qu’ils ne sont pas « techniciens » dans mon domaine ? Ne vont-ils pas vite m’oublier ? Ont-ils bien perçu ce que je faisais ?

Passage à vide, doutes, incertitudes : et si c’était beaucoup plus compliqué que ce que je ne l’avais imaginé ?!

Je connais mon domaine, j’ai de l’expérience, j’aime ça, je sais qu’il y a des besoins et un marché mais finalement je me rends compte que cela ne va pas être suffisant pour trouver des clients et pour en vivre (soupir).

Commercial, je me marre ! Gabs (édition Eyrolles)

Voici en résumé les 6 premiers mois de mon activité …

 

Finalement j’ai pris conscience qu’avant de faire mon boulot, il fallait que je le vende.

« Berk, j’aime pas le « commercial » ! » et vous ?

Pourtant ça fait désormais partie de mon nouveau métier : chef d’entreprise.

Ha ça y est le gros mot est dit « chef d’entreprise » ! (« mais pour qui elle se prend celle-là ?! »)

Au départ, j’ai eu du mal à endosser la fonction, je ne me sentais pas concernée. Dans ma tête c’est mon job que je créais, pas une boîte, c’est moi que je vendais, pas une offre.

Et pourtant, si l’on n’est pas convaincu d’être à la tête de ce que l’on entreprend (donc chef d’entreprise), qui le sera ?

Inspirer confiance aux autres c’est d’abord avoir confiance en soi ! Pas dans ses compétences techniques (trop facile !) mais dans sa capacité à réussir en tant que dirigeant à développer son business ! Et qui dit capacités, dit qu’on peut les acquérir ou les développer, ouf ! Personne naît « chef d’entreprise » ou commercial.

Ca s’apprend et ça prend du temps !

 

Et vous, où en êtes-vous ?

Abonnez-vous !

Pour recevoir mes prochains articles directement dans votre boîte mail

Vous êtes abonné(e) ! RDV dans votre boîte mail

Pin It on Pinterest