C’est la rentrée des classes et votre bout d’chou fait sa 1ère rentrée en maternelle … déjà !

Au départ, vous ne vous étiez pas posé de questions.

Au départ seulement …

Il faut dire que la réunion d’information à laquelle vous aviez assistée en fin d’année vous avait emballée : projet pédagogique annuel, sorties spectacle, activité « gym », jeux installés dans la cour, respect des temps et des rythmes de chaque enfant, salle de classe colorée et lumineuse, jouets à disposition, ordinateurs et livres, repas équilibrés à la cantine, bref, tout dans cette école vous avait plu !

Du coup, vous étiez rentrée chez vous sereine, rassurée pour l’avenir de votre chérubin et heureuse de lui offrir un cadre éducatif de qualité, ludique et sympa.

Même vos plus mauvais souvenirs d’enfance s’étaient envolés : ceux où il fallait se ranger 2 par 2 en silence et en rang avant d’entrer dans une classe vétuste et triste derrière des mûrs gris et austères (j’en rajoute là ?!).

Fini les longues journées, les cartes de géographie et les vieilles maîtresses (ha moins que ce soit votre vision d’enfant qui trouvait vieilles de jeunes femmes de 30 ans ?!).

Fini les récrés sous la pluie à avoir les pieds mouillés et froids toute la journée sans que personne ne s’en inquiète. Adieu les épinards à l’eau à la cantine et les haricots verts filandreux, accompagnés d’une langue de bœuf en sauce et d’un yaourt nature aigre.

Terminé les bureaux en bois inconfortables, les tableaux noirs et les toilettes glaciales dans la cour qui ne ferment pas ou restent bloquées.

Exit les savons jaunes suspendus au dessus des lavabos au bout d’un « bras » noircis par les mains précédentes.

Et puis voilà que vous tombez sur votre copine « je-sais-tout-j’ai-tout-vécu-avant-toi-je-suis-la-meilleure-mère-du-monde » et elle vous demande d’un air léger (mais suspect pour être vraiment sincère) : « et tu comptes le mettre à l’école toute la journée ? »
Et alors, le doute s’installe …



accompagné d’une vague de culpabilité qui vous envahit.

Et SI vous étiez une mauvaise mère ?? Parce que « oui » vous pensiez laisser la chair de votre chair tout seul (et si petit quand même) et toute la journée dans un environnement difficile … peut-être même proche de la prison … STOOOOP ! et pourquoi pas le bagne tant que vous y êtes ?!

 

Mais QUI a inventé ce concept de « bonne » et de « mauvaise » mère ?! J’aimerais bien connaître celui qui nous pourri notre vie tous les jours moi !

Etre mère, c’est comme être entrepreneur finalement : on n’a pas toutes les clés d’emblée.

 

On ne naît pas maman ou chef d’entreprise, on le devient !

 

Un autre aspect rassemble ces 2 rôles : l’intuition et le cœur y ont une grande place.
Personne d’autre que vous ne peut savoir ce qui est le mieux pour votre enfant ou votre entreprise, c’est vous qui en avez la responsabilité.

Prendre des avis, partager, profiter de l’expérience des autres est très bénéfique.

Mais il n’y a pas de lois, pas de règles érigées en vérité absolue sur l’éducation des enfants (il n’y a qu’à voir les « modes » en matière éducatives qui se succèdent voire se contredisent !), comme sur le succès d’une entreprise, et heureusement d’ailleurs !

Par conséquent il n’y a pas de « label » de bonne mère comme il n’y a pas de profil type du bon entrepreneur.

 

Faîtes-vous confiance, écoutez votre « moi » profond, pas vos petites voix (et encore moins celle des autres) !

 

Et vous, le concept de la « mauvaise » mère, il vous est déjà tombé dessus ?

Abonnez-vous !

Pour recevoir mes prochains articles directement dans votre boîte mail

Vous êtes abonné(e) ! RDV dans votre boîte mail

Pin It on Pinterest