Libre

Evidemment ce titre est provocateur et tellement ironique que la réponse se lit de toute évidence dans la question, n’est-ce pas ?!

Si je vous la pose tout de même, c’est que si nous sommes bien d’accord sur la réponse dans l’idée, bien souvent nous ne l’appliquons pas dans nos actes.

L’entrepreneuriat comme réponse à notre besoin de liberté

Anti-conformiste dans chaque cellule de mon corps, j’ai personnellement assouvi ce besoin d’entreprendre que je ressentais depuis toujours, avec l’idée grisante de pouvoir faire enfin ce que je voulais, comme je le voulais, selon mes convictions et mes valeurs.

Ne plus avoir à me conformer à une majorité « bien-pensante », à convaincre des collègues interrogateurs et frileux.

Je dois vous avouer que je me suis bien souvent sentie dans la peau d’une extra-terrestre venue d’une lointaine galaxie, en perdition sur une planète hostile et morose, loin de mon soleil.

Cette liberté que nous visons pratiquement toutes c’est aussi pouvoir :

–       choisir nos horaires,

–       faire ce que nous aimons,

–       concilier nos passions avec notre travail,

–       décider de l’endroit où on veut vivre,

–       etc

Bref,  c’est prendre le contrôle de sa vie et lui donner la direction que l’on souhaite vraiment. Et quel meilleur moyen pour ça que d’entreprendre ?

Le revers de la médaille

Quel pied de se sentir libre et en même temps quelle angoisse quand l’univers tout entier s’ouvre à vous !

La liberté se paye chère et entreprendre n’est ni facile ni simple au quotidien. Il y a tout un tas de bonnes raisons de ne PAS entreprendre.

Être libre a ses contreparties car être seule maître à bord implique :

  • de prendre des décisions en son âme et conscience
  • de se motiver par soi-même
  • de trouver les ressources en soi pour avancer malgré les difficultés et les échecs
  • d’être totalement responsable de ce que l’on fait et décide
  • d’oser vraiment
  • de supporter l’exigence et la pression que l’on se met,notamment celle de devoir faire du chiffre (la base de notre bonheur d’entrepreneur, mais la base uniquement)

Dans les faits, l’entrepreneur est-il réellement libre ?

Un paradoxe existe sur la route des entrepreneures que nous sommes : alors que nous rêvons de liberté et d’indépendance, nous ne la mettons pas vraiment en œuvre dans nos actes.

entreprendre pour être libre de faire ce que l’on veut

Créer sa société c’est pouvoir faire réellement tout ce que l’on veut.

Nous sommes libre à 200% : les seules limites qu’on rencontre, ce sont celles que l’on se met (puisqu’on est seule aux commandes !).

Or dans les faits, on s’impose beaucoup de limites :

entrepreneur libre

source : plumprettysugar.tumblr.com

– on n’ose pas sortir des sentiers battus,

– on bride ses élans de « folie » et de créativité,

– on repousse à plus tard une décision ou un nouveau projet,

– on n’est pas vraiment soi-même, on met son masque de « pro »

– on travaille beaucoup au détriment de sa vie personnelle et familiale et le plus étonnant est qu’on reproduit naturellement une organisation salariale (9h/12h30-14h/17h30) qui nous fait culpabiliser dès qu’on en sort

– on fait des choses qu’on n’aime pas

Je constate bien trop souvent que bon nombre de personnes s’éloignent de l’essence de leur projet initial, de leurs convictions et de leurs valeurs, de leurs talents et de leur nature profonde pensant ainsi mieux réussir leur business.

Mais à ce rythme on devient prisonnier du système et esclave de sa propre entreprise et si au mieux on réussit, on ne s’épanouit pas.

Et vous, vous vous sentez libre ou esclave de votre entreprise ?

Abonnez-vous !

Pour recevoir mes prochains articles directement dans votre boîte mail

Vous êtes abonné(e) ! RDV dans votre boîte mail

Pin It on Pinterest