Quand on lit les témoignages d’entrepreneurs ayant « «réussi » (et je vous laisse le soin de définir ce qu’est la réussite pour vous), leur parcours semble presque toujours un conte de fée, une autoroute fluide et toute droite.

On ne voit (et on ne nous montre) que l’aspect brillant de la réussite.

On occulte la plupart du temps les aspérités du chemin, les détours, les heures sombres, les passages caillouteux et tortueux.

Source: livescience.com

Mon dernier article vous a apparemment donné la pêche. Faire naître de faux espoirs de facilité et de bonheur sans avoir également dévoilé les coins sombres de l’entreprenariat ne serait pas complètement juste ni même honnête.

7 raisons d’entreprendre contre 4 de ne pas entreprendre, la balance penche clairement « POUR » me direz-vous. Et bien non ! Selon moi, il y a autant de bonnes raisons d’entreprendre que de ne pas entreprendre. Au départ cet article contenait 7 points, seulement j’ai choisi de n’en développer que 4 par souci de synthèse.

Entreprendre n’est pas pour tout le monde, toutes les situations et tous les moments. Entreprendre n’est pas une fin en soi, ce n’est qu’un moyen, celui de vivre en accord avec soi et de donner à sa vie professionnelle du sens et du plaisir.

Il vous faudra probablement envisager d’autres voies si vous vous retrouvez dans une des situations suivantes :

1- Vous souhaitez, ou avez besoin, de gagner beaucoup d’argent et rapidement

Je dis souvent que je suis une tortue sur la route de l’entrepreneuriat : j’ai démarré en mai 2009 en auto-entrepreneur et ma création de société est prévue en 2013. Il m’aura donc fallu 4 ans pour me lancer, échouer, apprendre, créer, rencontrer mon marché et me faire un « nom ».

Nous avons toutes besoin de gagner notre vie pour subvenir à nos besoins et/ou assouvir nos souhaits comme assumer sa famille ou être indépendante. Mais personnellement je ne connais personne qui ait réussi en quelques mois ou qui se soit versé rapidement  un salaire « correct ».

Votre meilleur allié dans l’entrepreneuriat est sans nul doute le temps, celui que vous vous donnez pour pouvoir en vivre. Plus vous vous mettrez la pression de gagner votre vie rapidement (donc de faire du chiffre d’affaires donc de vendre), moins vous serez bon vendeur et moins vous vendrez car votre positionnement sera opportuniste et « intéressé ». Pour vous en convaincre, vous pouvez (re)lire cet article sur le sujet.

Si vous visez la richesse et la sécurité financière avant tout, l’entrepreneuriat n’est sûrement pas la meilleure voie.

2- Vous aspirez plus que tout à vivre l’esprit tran-quille

Cet été je suis partie avec ma famille 3 semaines sur les routes. J’avais tout pour déconnecter : un cadre de vie inhabituel, de magnifiques paysages qui défilent, un temps radieux, des contrées sauvages comme je les aime particulièrement, des rencontres humaines, des mésaventures. Et pourtant j’ai mis presque 2 semaines à réellement me couper de mes réflexions professionnelles. Je ne peux pas dire que j’en ai souffert mais j’ai été particulièrement étonnée de constater que mon entreprise me suivait si loin et si longtemps.

Entreprendre c’est être entrepreneur, et cela ne vous quitte jamais. Même la nuit, on continue de « travailler ».

Êtes-vous prête à porter ces valises supplémentaires ? et votre entourage ?

3- Vous aimeriez consacrer beaucoup de temps à votre famille

Souvent on entreprend en pensant que cela nous permettra de pouvoir nous occuper plus de nos enfants.

J’ai démarré avec 2 enfants en bas-âge (1,5 an et 3 ans) et un conjoint souvent absent. Il m’est souvent arrivé de baisser les bras et de me dire que la quête de la conciliation était une illusion, surtout au moment où mon activité a pris son envol. Mais ce n’est pas une illusion : je ne travaille (presque) pas les mercredis, mes enfants ne vont à la garderie que le soir jusqu’à 18h, je prends une semaine de vacances scolaires sur les 2 pendant l’année et plus d’un mois en été.

Ceci dit la quête de la conciliation est éprouvante et l’équilibre reste fragile. Il faut trouver la bonne organisation, connaître ses limites, avoir une santé de fer et un moral à toute épreuve.

Source : Vineet Radhakrishnan - photo on flickr

Source : Vineet Radhakrishnan – photo on flickr

Il m’est arrivé de travailler le soir, les WE, et de travailler même en présence de ma famille (j’étais là physiquement mais mes préoccupations professionnelles occupaient mes pensées). Cela m’arrive encore et je connais beaucoup d’entrepreneures qui sont pris dans la tourmente de la gestion des temps (elles se reconnaîtront ;-))

Evidemment, on profite d’une souplesse et d’une relative disponibilité mais êtes-vous prête à en payer le prix ? Aurez-vous le soutien de vos proches ?

4- Vous cherchez à devenir une star pour briller

On n’entreprend pas pour soi mais avant tout pour les autres. Etre entrepreneur est tout sauf une démarche narcissique et égocentrique. Pour la célébrité, la gloire, les paillettes, mieux vaut passer votre chemin.

Briller pour briller ne sert à rien dans l’entrepreneuriat et n’apporte rien, ce n’est pas une fin en soi (mais est-ce que ça l’est vraiment dans quelque univers que ce soit ?!). Ce n’est qu’un moyen, celui de faire percevoir à sa juste valeur les bénéfices qu’on peut apporter à ses clients et ainsi pouvoir répondre à leur(s) besoin(s). Les personnes qui auraient besoin de vos prestations ou produits pour améliorer leur situation, résoudre leur problème doivent savoir que vous existez dans leur propre intérêt.

« Je suis une star de mon business ! » n’est pas une affirmation vaniteuse de ma part concernant ma petite personne (ou alors on s’est très mal comprise). Il s’agit d’un mantra : celui que je rêve pour toutes les femmes, de pouvoir se sentir à leur place et affirmer haut et fort leur valeur à elles-mêmes et dans l’intérêt de leurs clients. Car le monde a besoin de vous ! Je rencontre tellement d’entrepreneures fabuleuses, qui ont une richesse à mettre à disposition d’autrui : je ne me fais pas à l’idée que leur cible puisse en être privée uniquement parce qu’elles n’osent pas se mettre en avant, dans la lumière.

Un des axes de notre travail avec Isabelle Byloos est de permettre à ces femmes de prendre conscience de la valeur qu’elles portent en elles et qu’elles apportent à leurs clients afin de s’affirmer et de vendre (c’est-à-dire satisfaire les clients qui en ont besoin). Alors que la plupart du temps on attend d’avoir vendu pour prendre confiance en soi et s’affirmer.

Il ne s’agit pas de « faire » la star ou de « jouer » à la star mais d’ÊTRE une star. Nuance

D’ailleurs, savez-vous ce qui fait briller une « star » ? Une étoile rayonne de l’énergie qu’elle porte en elle. Pas d’artifices, pas de paillette, pas de projecteur, une étoile ne triche pas.

Et vous au final, quel est votre bilan : chaud ou froid ?

Abonnez-vous !

Pour recevoir mes prochains articles directement dans votre boîte mail

Vous êtes abonné(e) ! RDV dans votre boîte mail

Pin It on Pinterest